Paris – Fermeture des quais aux voitures

Paris compte élargir la fermeture des quais aux voitures

Malgré la polémique toujours vive sur l’impact de la fermeture des voies sur berge, la maire de Paris a dévoilé de nouveaux projets pour installer un tram sur les quais hauts rive droite et s’attaquer au trafic de la rue de Rivoli.

Le trafic automobile au cœur de la capitale va incontestablement continuer à déchaîner les passions cette année. La fermeture au trafic d’une partie de la voie Georges-Pompidou le long de la Seine a déjà déclenché une polémique virulente (impacts sur la pollution et sur les engorgements) loin d’être éteinte, ce qui n’empêche pas Anne Hidalgo d’ouvrir un nouveau front dans la bataille anti-voiture.

 

La maire de Paris a dévoilé dans un entretien au Journal du Dimanche, ses plans pour un réaménagement des quais hauts rive droite et de la rue de Rivoli. Au programme: renforcement de la place des vélos et des transports en communs dans le centre de Paris avec la création d’une nouvelle voie tram-bus électrique à double sens. Après avoir retiré de la circulation automobile 3,3 km de voies sur berge, l’élue socialiste compte «diviser par deux en moyenne la place de la voiture individuelle polluante», jugée «archaïque» sur les quais hauts et sur la rue de Rivoli.

 

 Un budget de 35 millions d’euros

Un projet qui passerait par l’installation d’un «tramway olympique», dans le cadre de la candidature au JO de 2024 mais qui pourrait être mis en service dès septembre 2018. Ce tram-bus électrique sans rail ni caténaire, composé de véhicules de 18 à 24 mètres de long, fonctionnerait sur une ligne de transport à haut niveau de service (LHNS) créée sur les quais hauts rive droite. Dans un premier temps, elle empruntera le tracé de l’actuelle ligne de bus 72, reliant le Pont de Saint-Cloud à l’Hôtel de Ville, prolongé jusqu’à la Gare de Lyon. Dans un second temps, elle se poursuivra jusqu’à Bercy. À terme, elle atteindra le Val-de-Marne, avec pour terminus les futures gares du Grand Paris Express.

«La concertation et les études de préfiguration se tiendront en 2017, pour une mise en œuvre progressive à partir de 2018, détaille Christophe Najdovski, adjoint aux transports. Nous sommes en mesure d’aller vite, car il s’agit d’aménagements légers. Ils sont aussi peu coûteux pour le contribuable: nous avons budgété 35M€ de travaux sur cette mandature.»

Rendre la place du Carrousel du Louvre aux piétons

Quant à la rue de Rivoli «bruyante, polluée, avec une traversée piétonne souvent compliquée voire dangereuse, en particulier pour les enfants, les personnes âgées ou à mobilité réduite», la mairie promet de lui redonner «toute son attractivité». Un projet passant par la création dès 2017 d’une «piste cyclable protégée à double-sens, de la place de la Concorde à la place de la Bastille», selon l’adjoint aux transports.

Quant à la place du Carrousel du Louvre, elle serait rendue aux piétons. Car cet axe permettant de traverser le Louvre depuis la rue de Rivoli ou le quai François Mitterrand est, selon Anne Hidalgo, «un héritage de l’époque du «tout voiture»: c’est aujourd’hui devenu un non-sens et il convient d’y mettre un terme». Seuls les vélos, les transports en commun et les taxis pourront donc y accéder, offrant aux piétons «un cadre calme et apaisé». Pas sûr que le débat public sur la question soit aussi «calme et apaisé»…

Publié

Source : immobilier.lefigaro.fr

#TerrassesetJardins

RETOUR