Mille arbres au-dessus du périphérique parisien

Effacer la barrière que représente le périphérique, telle est la volonté des protagonistes du projet « Mille arbres ». Il s’agit de « recréer du lien, du lien entre Paris et Neuilly, du lien entre ses habitants, du lien entre nature et architecture, du lien entre les générations d’aujourd’hui et les générations futures par un défi architectural, écologique et durable », renchérit Emmanuel Launiau, président du directoire d’OGIC.
Et comment ? En imaginant un immeuble-ville ou immeuble-pont, un projet hybride dont les programmes se superposent, grâce aussi à la forme inédite de l’édifice en pyramide inversée. Ici, l’on trouve pêle-mêle, un parc, des logements, des bureaux, un hôtel, des espaces partagés, une gare routière, un pôle dédié aux enfants et même une « rue gourmande », le tout enveloppé de nature. « Ce projet, nous l’avons souhaité hybride et écologique, souligne Manal Rachdi. Il s’agit avant tout d’un concept innovant d’immeuble ville, une ville verticale qui apporte une nouvelle densité écologique. »
 
Une place pour la biodiversité 
Une ville dans la ville, une ville sur la ville… Ce projet de « village flottant », selon les termes de Sou Fujimoto, comprend donc un parc, au rez-de-chaussée – qui accueillera une Maison de la Biodiversité (gérée par la Ligue de protection des oiseaux – LPO) et une Maison du Jardinier. Ce parc sera en accès public et symbole d’un écosystème préservé.
Autour, les bâtiments abriteront des logements mixtes, au nombre de 127 (en accession, sociaux et intermédiaires), petites et grandes surfaces s’adossant judicieusement afin de pouvoir moduler les espaces, soit en regroupant, soit en les séparant.
 Recréer du lien social
Dans l’esprit du lien social, quatre espaces partagés sont prévus, en complément des espaces privatifs. Envie de faire une fête, tenir une assemblée… une pièce commune sera mise à disposition. Des amis de passage et pas assez de place pour les accueillir ? Des chambres d’hôtes seront là pour les héberger. Envie d’un barbecue ? Un jardin-terrasse avec cuisine d’extérieur est disponible au 8e étage du bâtiment. Enfin, problème ou absence de lave-linge : pas de souci, le projet propose une buanderie.
Habiter, travailler également. Les bureaux profiteront de 27.589 m2 de surfaces dédiées, réparties dans deux immeubles indépendants, avec halls et accès distincts. Le plus ? Ils pourront se transformer en logements…
On retrouve ce concept de « mutabilité » au niveau de l’hôtel 4 étoiles de 250 chambres, qui pourra lui aussi devenir logement, le cas échéant.
« Mille arbres », car 1.000 végétaux y seront bien plantés, accueillera aussi une gare routière ultra-moderne, sur deux niveaux, ainsi qu’une rue gourmande baptisée « la rue des chefs ». Elle aura vocation à créer un passage entre Paris et Neuilly, et sera constituée d’un Food Court designé par l’incontournable Philippe Starck. Au menu : tables d’hôtes, ateliers et école de cuisine.
 
Un pont entre Paris et la périphérie
Le projet se veut comme un prolongement de Paris vers sa banlieue. « On peut donc dire que notre concept vient de Paris et va vers un nouveau Paris. J’aimerais proposer ce futur cadre de vie parisien au monde », explique Sou Fujimoto. Qui ajoute : « Ce nouveau projet prendra la responsabilité de désenclaver et de connecter Paris à sa banlieue par le franchissement de son périphérique (…) ».
Mais de Paris 17e à Neuilly, y a-t-il vraiment une si grande déchirure ? La question reste entière…
 
 Paradis des enfants
Enfin, l’enfant sera au cœur du concept « Mille arbres », et disposera d’une grande plaine de jeux couverte, d’ateliers sur le thème de la biodiversité, du jardinage ou encore de la construction de cabanes en matériaux recyclés. Deux crèches et une halte-garderie seront également mises à disposition des futurs occupants.
 
 Promontoire sur Paris et ses alentours 
 
Du haut de « Mille arbres », on pourra admirer la capitale tout en étant entièrement enrobé de végétal. Un vrai luxe !

 Calendrier prévisionnel 
 

Février 2016 : Désignation du lauréat
Mars 2016 : Signature du protocole
4e trimestre 2016 : Dépôt du permis de construire
Juillet 2017 : Obtention du permis de construire
Décembre 2017 : Obtention du permis de construire définitif
Janvier 2018 : Acquisition du terrain, libération du site de la gare routière
Mars 2022 : Livraison prévisionnelle

 Fiche technique 
 

Concepteur : Sou Fujimoto Architects – Manal Rachdi/Oxo Architectes – MOZ – Atelier Paul Arène – Pierre-Alexandre Risser Horticulture & Jardins

Opérateur : Compagnie de Phalsbourg, OGIC

Programmation : Philippe Starck – Franck Boutté Consultants – Jean-Paul Lamoureux – Alma – Barbanel – Cabinet Casso & Associés – Artelia – Arcadis – Bollinger+Grohmann – Bouygues Construction

Investissement : 550 M€

Publié le 11/02/2016

Source : www.batiactu.com

#TerrassesetJardins

RETOUR